logo shorinji avec ecriture japonaise.pn
ShorinjiKempo_noir.png

GUJANAIS

logo shorinji avec ecriture japonaise.pn

L'ART MARTIAL

REJOIGNEZ-NOUS !

Le Shorinji Kempo est un art martial japonais traditionnel et un système d'auto-défense efficace aux techniques variées de coups de poings, de coups de pieds, de saisies, d'immobilisations et de projections.

Le Shorinji Kempo accorde une importance fondamentale à l'efficacité de ses techniques. Celles-ci sont basées sur des principes rationnels, la biomécanique articulaire et la connaissance des points faibles et vitaux du corps humain.

Accessible à tous quelque soit l'âge, le sexe ou la morphologie,

la pratique ne nécessite ni force ni souplesse particulière.

le but est d'acquérir la confiance et le contrôle de soi, le courage, l'équilibre physique et mental et le développement mutuel au travers des entraînements.

shorinjikempo2.png

Démonstration

Entraînements         à partir de 9 ans

Dojo Complexe Sportif Chante Cigale (Gujan Mestras)

et Ecole Jules Ferry (Parking) allée Marc Nouaux (Gujan La Hume)

Mardi      21h00  -  23h00 (dojo chante cigale)

Jeudi      19h00   -  21h00 (école Jules ferry)

   et

Jeudi      22h00  -  23h15  (dojo chante cigale)

logo google map.png
technique 5 sepia.jpg
technique 3 sepia.jpg
technique 2 noir et blanc.jpg
technique 4.jpg
 
logo_rouge-jaune-noir_fond-clair2.png

HISTOIRE

So Doshin : fondateur du Shorinji Kempo

photo So Doshin.png

So Doshin (1911-1980) est le nom sinisé de Nakano Michiomi, membre de la société du Dragon noir (KOKURYU KAI), maître d’arts martiaux et moine ZEN.

Il fonde le Shorinji Kempo en 1947 dans la ville de Tadotsu située sur l’île de Shikoku au Japon. Cet art martial est conçu sur le modèle du temple de Shaolin incorporant le bouddhisme zen, le Kung Fu Shaolin (Shorin-ji en japonais) Giwamonken et différentes techniques de combats issues du Karaté, du Judo et de l’Aïkido.

Naissance du Shorinji Kempo

L’esprit du Shorinji Kempo actuel vient de l’expérience existentielle de son fondateur (KAISO), MAÎTRE SO DOSHIN.

Celui-ci vécu l’expérience de la guerre en CHINE puis affronta le marasme dans lequel se trouvait son propre pays dans la période d’après guerre. Ce pays duquel il avait si souvent rêvé se trouvait plongé dans un profond désarroi, le peuple avait perdu tous ses repères moraux et sociaux. C’était le règne de l’égoïsme et de la misère.


Il voulut se rendre utile et compris rapidement que pour redonner de la dignité à des personnes désemparées, les discours philosophiques ou moraux sans action ne sont pas efficaces ou sont du moins insuffisants.

KAISO songeant au formidable outil dont il avait la connaissance et décida de développer le SHORINJI KEMPO dans un but pédagogique en respectant le principe de KEN ZEN ICHINYO.

Pendant les 20 années passées en Chine il avait rencontré de nombreux maîtres, il lui fallait codifier et organiser les techniques qui lui avaient été enseignées par ceux-ci.
Revenant aux sources puisant à sa grande expérience des disciplines martiales, il organisa un système d’auto développement dont l’objectif fondamental n’est pas de battre ou de vaincre un adversaire mais d’apprendre le contrôle de soi, de trouver un équilibre physique et mental.

photo so doshin technique.png

Grâce à ce système où l’entraînement physique (ekkin gyo) et la méditation (shinkon gyo) complètent la réflexion et la philosophie,

So Doshin atteint son but de former des gens responsables, confiants, capables de compter sur eux-mêmes et sur qui les autres peuvent compter.
En quelque sorte, devenir fort et sociable pour être en harmonie avec soi-même et avec les autres, devenir acteur de sa vie.

photo So_Doshin_technique 2.png

Le fondateur, So Doshin est décédé en 1980.

So_Yuki.png

L’Organisation Mondiale du Shorinji Kempo (World Shorinji Kempo Organization – WSKO) est actuellement présidée par sa fille SO YUKI.
Depuis sa création en 1947, le Shorinji Kempo s’est propagé dans tout le Japon où il est aujourd’hui pratiqué dans plus de 3000 clubs. Son enseignement dépasse largement les limites du Japon puisqu’il s’est exporté dans 29 pays dont 11 en Europe et plus de 1 million 500 mille pratiquants.

Aosaka Hiroshi Sensei: Créateur de la Fédération Française

aosaka 3.png

La Fédération Française de Shorinji Kempo a été créée en 1973, suite à l’arrivée en France de Senseï Aosaka qui fut mandaté en 1972 par So Doshin pour enseigner le Shorinji Kempo en France et en Europe.

Descendant de l’une des cinq familles de samouraïs originaires de l’île de Kyushu, Aosaka Hiroshi Senseï est né le 19 avril 1946 à Tsukumishi, dans la préfecture de Oita. A 17 ans, il intègre la « Nihon University » de Tokyo.

D’abord intéressé par des études vétérinaires, il s’oriente vers l’économie. C’est là (alors qu’il pratique le judo et le ju-jiutsu depuis l’âge de 9 ans) qu’il découvre le Shorinji Kempo sous la férule de Uno Senseï. Se révélant excellent compétiteur (à cette époque les compétitions de Shorinji Kempo étaient des combats plein contact), il devient le coach de l’équipe universitaire.

Il se perfectionne auprès du Fondateur Doshin So. En 1972, celui-ci l’autorise à partir pour l’Europe pour enseigner le Shorinji Kempo. Il commence à dispenser son enseignement à des ceintures noire venues de divers horizons (karaté, judo, aïkido), à Paris, Saint Germain et Rueil Malmaison. Par la suite, il crée son premier dojo à Parly II.

Maitre Aosaka est aujourd’hui 9ème dan de Shorinji Kempo (grade reconnu par le ministère de la jeunesse et des sports et par la FFKaraté). Il a le rang de chef instructeur de la WSKO (World Shorinji Kempo Organization), membre du Comité directeur du Kongo Zen Sohozan Shorinji Kempo, Secrétaire générale de la WSKO pour l’Europe, et Directeur technique pour la France.

aosaka 1.png
aosaka 2.png
aosaka 4.png
 

ENSEIGNEMENT

Les techniques du Shorinji Kempo sont classées en trois catégories :

  • Goho
     

Cette catégorie comprend les techniques d’esquive, de parade et de contre-attaque sous forme de coups de poings et de coups de pieds. Il s’agit de frapper les points sensibles : C’est l’art de l’atemi.

Les techniques Goho sont aussi appelées techniques dures.

  • Juho

Ce nom regroupe l’ensemble des techniques utilisées sur une saisie.

La richesse technique du Shorinji Kempo permet d’envisager des dégagements ou des projections de l’adversaire, ainsi que des immobilisations, des luxations ou des torsions d’articulations

  • Seiho

Ce système de massage et de manipulation de certains points de pression du corps humain permet une remise en forme après l’effort de l’entraînement.

En rétablissant la circulation d’énergie, ces massages permettent d’alléger la douleur due à des muscles contractés ou à des articulations trop sollicitées

photo batons.png
technique juho.png
photo seiho.png
 

PHOTOS/VIDEOS

 

ARTICLES DE PRESSE

LA DÉPÊCHE du Bassin

DU SHORINJI KEMPO À GUJAN
Un art martial
à découvrir à Gujan
photo presse.png

L’association Shorinji Kempo Gujanais organise le stage samedi 18 mai, de 14 heures à 17 heures.

L’association Shorinji Kempo Gujanais
organise, les 18 et19 mai, le stage Grand-Sud annuel de la Fédération Française de Shorinji Kempo (FFSK).


L’association Shorinji Kempo Gujanais
(Art martial de self-défense)
s’est vue confier cette année
l’organisation du stage Grand-Sud
de sa Fédération (FFSK). Il se
déroulera, samedi 18 et dimanche
19 mai au Dojo Chante-Cigale à
Gujan-Mestras : « C’est une belle
opportunité pour fêter la première
année d’activité du club de Shorinji
Kempo de Gujan-Mestras
et celle des 15 ans du club de
Bordeaux, s’enthousiasme Franck
Barbot, le président du club gujanais.
90 élèves et professeurs gradés,
du 4e dan au 7e dan, seront
présents. Les clubs de Monaco,
Marseille, Montpellier, Toulouse,
Montauban, Nantes, Bordeaux et
Langon participeront à cet évènement.
» La salle sera ouverte au
public curieux de découvrir cet
art martial, samedi 18 mai, de
14h à 17h. L’occasion pour eux
de découvrir quelques principes
du Shorinji Kempo et une certaine
philosophie.
« Le Shorinji Kempo est un art
martial japonais de self-défense,
le plus pratiqué au japon, précise

Franck Barbot. Il compte 1,5 million
de licenciés. Cet art est celui
d’un mélange de la force et de la
douceur, de la violence des techniques
et de la maîtrise de soi.
C’est également un mélange de
techniques dures, appelées Goho,
et de techniques souples de projection,
appelées Juho, de torsions
et d’immobilisation.
Confiance en soi
Cet équilibre est d’une redoutable
efficacité grâce à ses techniques
conjuguées à la pratique philosophique
et morale. Les bénéfices de
la pratique du Shorinji Kempo sont
l’amélioration de la condition physique,
le développement de l’esprit
et la capacité de confiance en soi.
Cet art martial est accessible à
tous car sa pratique ne nécessite
ni force ni souplesse particulière.
À travers elle, chacun peut progresser
à son rythme et améliorer
son équilibre, sa coordination,
repousser ses limites en termes
de souplesse, d’endurance et de
condition physique en général. »
Le Shorinji Kempo met un accent
particulier sur l’importance du
travail à deux : « Les partenaires
prennent conscience de la nécessité
de l’autre pour progresser, et
développent le sens de l’entraide
et de l’amitié. Enfin, la méditation
(Chinkon) est aussi un aspect de
notre enseignement. » De quoi
donner envie de venir découvrir
ce sport complet et ses bénéfices
pour le corps et l’esprit.     [ S.P. ]

Shorinji Kempo

un nouvel art martial
A LA UNE GUJAN-MESTRAS Publié le 18/01/2019par Jacky Donzeaud

photo sudouest.png

Le shorinji Kempo est enseigné au dojo depuis la rentrée de septembre.PHOTO SKGUJAN-MESTRAS

Franck Barbot a créé le club de Shorinji Kempo de Gujan-Mestras
en septembre dernier. Professeur, 3e dan, Franck Barbot pratique
cet art martial et dépend de la fédération française de karaté,
depuis plus de 30 ans. La pratique s’exerce au dojo gujanais, au
complexe sportif de Chante-Cigale pour les huit élèves de ce
nouveau club. Le Shorinji Kempo est à la fois un art martial
traditionnel et un système d’autodéfense efficace basé sur
l’esquive. Il est accessible à tous, sa pratique ne nécessite ni force
ni souplesse particulière.
Défense et philosophie
Cette technique amène à être confronté à tous les aspects de
l’autodéfense et prépare à réagir en cas d’agression. Sa pratique
inclut de multiples maîtrises comme le Goho, technique
d’esquives, de parades et de contre-attaque, ou le Juho, qui
enseigne les savoir-faire en termes de dégagements, de
projections, de clés pour l’immobilisation complète d’un assaillant,
et l’arrêt de toute violence. Le Seiho rassemble divers aspects de
remise en forme grâce à la pression de certains points du corps.
Outre le travail physique, le Shorinji Kempo inclut une dimension
philosophique. Cette dernière peut d’ailleurs être appliquée à la vie
courante en dehors des cours et des tatamis.
Seulement 38 clubs existent dans l’hexagone. Le club gujanais est
le quatrième ouvert en Gironde avec ceux de Bordeaux, Langon et
Coutras.
Un stage en mai
Franck Barbot organise un stage qui va regrouper les clubs de
Nantes, de Toulouse, Montauban, Montpellier, Marseille, Monaco et de Gironde. Il attend une centaine de participants pour le weekend du 18 et 19 mai. Ce stage, animé par des encadrants
instructeurs fédéraux 6e et 7e dan, sera ouvert du débutant au 6e
dan. Il se déroulera à base d’ateliers. Ce sera une occasion pour
les élèves du club de côtoyer de hauts gradés.
Franck Barbot en prépare le programme avant de la soumettre à
validation auprès des responsables fédéraux.
Les cours sont dispensés le mardi de 21 h à 23 h et le jeudi de 22
h à 23 h 15. Contact : 06 47 49 49 08. Courriel :
skgujanmestras@outlook.fr

 
 
logo_rouge-jaune-noir_fond-clair2.png
ShorinjiKempo_blanc.png

CONTACTEZ-NOUS

CONTACT

Professeur

Franck BARBOT

Shorinji Kempo Gujanais

Maison des Associations

route des Bénévoles

33470 GUJAN MESTRAS

Tél. 06.47.49.49.08

Message envoyé avec succès. Merci

  • Black Facebook Icon
  • Black Google+ Icon